L’INDIFFÉRENCE D’UN PRÉSIDENT FACE À LA SOUFFRANCE DE SON PEUPLE

Quatre ans après l’élection du président Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali s’enfonce de plus en plus dans la crise et l’instabilité avec la multiplication des attaques djihadistes qui se propagent même dans le sud .

Un pays pratiquement divisé en deux avec une grande partie du territoire située au nord qui échappe au contrôle de l’autorité centrale malgré les accords de paix signés entre le gouvernement central et les groupes armés.A cela s’ajoute une gouvernance chaotique caractérisée par la corruption, le népotisme et l’impunité.L’instabilité gouvernementale est récurrente, quatre premiers ministres en quatre ans.

Le président IBK officiellement maître à bord ne semble jouer qu’un rôle de facade face à sa propre famille, une véritable institution parallèle concentrant la totalité du pouvoir dans ses mains avec Karim Keita comme le faiseur de la pluie et du beau temps.Affaibli par la maladie, sans cap ni véritable vision pour le pays, le président semble de plus en plus éloigné des préoccupations des Maliens comme en témoignent les récentes crises sociales qui ont secoué le pays avec la grève des personnels médicaux qui a fait plusieurs centaines de victimes dont plus de 214 morts rien qu’à bamako.La gestion de ce conflit, que le gouvernement a laissé s’éterniser sans engager de véritable dialogue social pour une sortie de crise, a démontré l’incapacité du régime à gérer les urgences du pays d’autant plus qu’au même moment, des sommes colossales ont été englouties pour faire venir les groupuscules armés à la conférence d’entente nationale, un show médiatique aux dividendes inexistants.L’armée malienne sous équipée, fait l’objet d’attaques interminables avec son cortège de victimes tombées sur le champ d’honneur.

Comme dans une série tragique, les forces armées maliennes (FAMA) ont subi récemment une attaque dans la région de Ségou entre Diabaly et Nampala faisant 8 morts et 5 blessés et le président n’a rien trouvé de mieux que de partir en Azerbadjan pour une visite qui ne va rien apporter au pays.A un an de la fin de son mandat, avec un bilan plus que catastrophique, le président IBK s’apprête à briguer un second mandat.Doit-il avoir encore la confiance des maliens pour 5 ans ? La réponse est certainement non eu égard au mécontentement social de plus en plus grand.

Africa-Kibaru

Related posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :