APRÈS L’INCARCÉRATION À DAKAR DE L’ACTIVISTE PANAFRICAIN KÉMI SÉBA, LE MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE PREND DES MESURES MUSCLÉES CONTRE LA MANIFESTATION DE SOUTIEN À L’ACTIVISTE

Après avoir brulé un billet de 5000 CFA sur une place publique à Dakar pour dénoncer le scandale économico-politique d'ordre colonial de la France, Kemy Seba a été arrêté puis incarcéré à la prison centrale de Dakar.Cet activiste réputé pour son engagement en faveur de l'émancipation du continent noir, critique sans cesse l'impérialisme français et le silence des dirigeants africains qu'il qualifie de complices du maintien des pays africains sous la domination occidentale et en particulier française.Plusieurs manifestations sont annoncées dans différentes capitales africaines pour demander la libération de l'activiste.À Bamako, des panafricanistes africains (URPANAF) appellent à un siting de soutien ce 29 Août à plusieurs endroits de la capitale.

En prélude à cette manifestation, des affiches avec deux numéros de contact avaient été collées un peu partout, mais sur ordre du pouvoir, elles ont toutes été retirées et les deux numéros ont été envoyés pour une enquête. L'ambassade de France est immédiatement informée.Pour bien cadrer la manifestation, le ministère de la sécurité publique déploie 1500 éléments ( policiers, gendarmes et gardes républicaine) qui occuperont la dévanture de la BCEAO, de l'ambassade de France.

Soixante éléments des renseignements généraux seront mélangés aux manifestants pour empêcher les activistes de brûler le drapeau français. D'ailleurs la veille le ministère avait acheté tous les drapeaux français disponibles sur les marchés de Bamako afin de créer la pénurie.Sur la place de l'indépendance, 100 éléments de la Forsat ( force anti-terroriste) seront positionnés.Une réunion préparatoire en présence de 2 officiels français avait eu lieu au ministère de l'interieur pour l'encadrement de cette manifestation.

Africa-Kibaru

Related posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :