APRES L’ATTAQUE DU CAMP DE GENDARMERIE DE SOKOLO, LA HIÉRARCHIE MILITAIRE A OCCULTÉ PAR OMISSION LA REALITE DES FAITS AU PRÉSIDENT IBK ET LE MALAISE S’INSTALLE PROFONDEMENT DANS L’ARMÉE

L'attaque sanglante du camp de gendarmerie de Sokolo du dimanche 26 janvier 2020 entre 4h et 6 heures 04 a fait un bilan très lourd  avec une vingtaine de morts, 14 blessés ,3 gendarmes enlevés et une dizaine de véhicules emportés par les assaillants. 

UN CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA DÉFENSE S'EST TENU À KOULOUBA,LA HIÉRARCHIE MILITAIRE OCCULTE LES VRAIES CIRCONSTANCES DE L'ATTAQUE AU PRÉSIDENT IBK

Après la réunion du conseil supérieur  de la défense sous la présidence du président IBK, plusieurs  renseignements recueillis  au sein  de la hiérarchique militaire révèlent  un manque de coopération cruelle entre les différentes constituantes de l'armée nationale.Selon les même sources , le poste de gendarmerie de Sokolo est situé à 15 Km du poste d'un détachement de l'armée de terre à  Diabaly.Cependant au cours de l'attaque du poste de gendarmerie de Sokolo,les gendarmes ont sollicité sans succès  le renfort des militaires du détachement de l'armée de terre de Diabaly.

C'est après le refus du poste militaire de Diabaly que la hiérarchie de la gendarmerie à sollicité  les gendarmes de Niono qui se trouvent à 64 km,pour le renfort.Aussi pour faute de préparation de la mission ,l'arrivée  des gendarmes de Niono à été signalée après 5h21 à  Sokolo.Jusqu'à 17h début du conseil supérieur de la  défense à Koulouba,aucune présence du détachement de l'armée de terre de Diabaly n'à été signalée à Sokolo pour assister les gendarmes en détresse. Finalement c'est après le départ des assaillants que la population a secouru les gendarmes blessés et inhumé les victimes tombées sur le front.

 

 

 

LA HIÉRARCHIE MILITAIRE ALERTÉE EN VAIN DEPUIS LE 18 JANVIER SUR LES RISQUES D'UNE ATTAQUE IMMINENTE

Dans les milieux gendarmes,parallèlement aux refus des militaires de l'armée de terre de Diabaly de venir en renfort à Sokolo sous le feux de l'ennemi,les victimes gendarmes de Sokolo crient à la trahison car ils avaient alerté sans succès la hiérarchie militaire depuis le 18 janvier de l’éminence d'une attaque terroriste contre leur position.

Une source confidentielle révèle que c'est sur instruction des ministres de la défense,de la sécurité et du chef d'état major des armées que le refus du détachement militaire de Diabaly  à partir en renfort à Sokolo a été occulté au président IBK pendant les travaux du conseil supérieur de la défense à Koulouba.

Africa-Kibaru

 

 

 

Related posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :